Blog sur le Cannabis légal et CBD
alt="syndrome cannabinoïde"

Comment soigner le syndrome cannabinoïde?

Indice

Le syndrome cannabinoïde. Les effets secondaires du cannabis.

Il existe de nombreuses affections causées par la consommation chronique de cannabis. L’hyperémèse cannabinoïde est un syndrome récemment découvert qui a tendance à être sous-diagnostiqué.

Chez certaines personnes, la consommation de cannabis provoque des nausées, des douleurs abdominales, des étourdissements et des vomissements. Une maladie appelée hyperémèse cannabinoïde. Les personnes qui fument du cannabis depuis plusieurs années sont concernées. Le syndrome d’hyperémèse cannabinoïde est souvent mal diagnostiqué.

De nombreux patients ne sont pas conscients du syndrome d’hyperémèse cannabinoïde ; Ils consomment encore plus de cannabis pour soulager les nausées, ce qui entraîne une aggravation des symptômes.

Selon les études, on distingue 3 phases principales qui présentent des différences très marquées.

Ce sont les phases prodromiques, d’hyperémèse et de récupération.

1. Phase prodromique

C’est la phase initiale du syndrome, les symptômes sont légers sans limiter les activités quotidiennes et se caractérisent par la présence de nausées matinales et de douleurs abdominales. Cette phase peut persister pendant de nombreux mois ou années sans recevoir de diagnostic précis car les symptômes sont associés à autres pathologies.

Nous soulignons que l’une des applications médicales les plus connues du cannabis est la réduction des nausées et des vomissements, ainsi que le soulagement de la douleur chronique.

2. Phase d’hyperémèse

Cette phase est caractérisée par la présence de symptômes cliniques évidents. Les vomissements et les douleurs abdominales s’aggravent soudainement, entraînant éventuellement une invalidité. Les symptômes sont cycliques et durent entre 24 et 48 heures. Le syndrome s’améliore après un bain d’eau tiède.

3. Phase de récupération

La principale caractéristique de cette phase est la disparition des symptômes. Diminue considérablement le besoin de douches chaudes. Les vomissements et les douleurs abdominales disparaissent complètement. La durée de cette phase est très variable, de mois à années et il est nécessaire de ne pas consommer de cannabis pour éviter d’éventuelles rechutes.

Quand le syndrome d’hyperémèse cannabinoïde doit-il être évalué comme diagnostic ?

Les critères diagnostiques de l’hyperémèse cannabinoïde exigent la preuve d’un soulagement des symptômes avec un arrêt prolongé du cannabis.

Il y a 3 facteurs clés à considérer lors de l’établissement d’un diagnostic présumé:

1. Un schéma épisodique de vomissements
Les épisodes de vomissements devraient durer moins de 7 jours consécutifs.
Les périodes asymptomatiques durent souvent> 1 mois entre les épisodes.

2. Consommation prolongée de cannabis
Les critères varient : généralement> 1 fois par semaine (souvent par jour) pendant au moins 1 an
Il est important de noter qu’il ne s’agit pas d’un effet d’intoxication résultant d’une seule consommation importante de cannabis.

3. Exclusion des diagnostics alternatifs
Rechercher des caractéristiques atypiques dans l’anamnèse et l’examen, notamment signes vitaux anormaux, diarrhée, douleur abdominale focale, péritonite et ictère.
Il est important d’exclure une grossesse chez toutes les patientes.
Si un patient n’a jamais subi d’oesophagogastroduodénoscopie auparavant, il est raisonnable d’orienter les patients nouvellement diagnostiqués vers une gastro-entérologie pour une oesophagogastroduodénoscopie non urgente afin d’évaluer une cause structurelle des symptômes du patient.

Quelles sont les causes du syndrome d’hyperémèse cannabinoïde ?

Il n’y a pas de théorie unique qui explique complètement l’hyperémèse cannabinoïde. Il est important de noter que le schéma de la maladie n’est pas corrélé à la quantité de cannabis consommée de manière aiguë, ce qui suggère qu’il n’est pas lié à un effet direct du delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) ou à un effet de sevrage.

Il existe deux théories répandues concernant les modifications de la neuro-signalisation et de l’expression des récepteurs lors d’une exposition chronique au THC :

Théorie n° 1: Régulation à la baisse du récepteur cannabinoïde de type 1 (CB-1) qui se produit avec l’utilisation chronique de THC, provoquant une dérégulation de l’axe de stress hypothalamo-hypophyso-surrénalien. Cette théorie soutient pourquoi les médicaments qui ont des propriétés sédatives ou anxiolytiques, tels que l’halopéridol et les benzodiazépines, ont rapporté une efficacité.

Théorie n° 2: Modifications des voies de signalisation de la dopamine dans le système nerveux central avec une exposition chronique au THC entraînant une réaction de vomissement hypersensible à la dopamine. Cette théorie est moins étayée mais a été utilisée pour expliquer les effets bénéfiques des antagonistes de la dopamine tels que l’halopéridol, le dropéridol et l’olanzapine.

Comment traiter le syndrome d’hyperémèse cannabinoïde ?

Sur la base des cas actuellement étudiés, les antiémétiques traditionnels ont eu de faibles taux de réussite dans le traitement du syndrome d’hyperémèse cannabinoïde.

Les antihistaminiques tels que le dimenhydrinate (c’est un principe actif antihistaminique et anticholinergique), la diphenhydramine (c’est un médicament antihistaminique de première génération) et la méclizine (c’est un antiémétique qui fait partie de la catégorie des antihistaminiques non vendus en Italie) n’ont pas d’études soutenant leur utilisation et les cas cliniques limités disponibles suggèrent qu’ils sont inefficaces. L’expérience clinique suggère que le syndrome d’hyperémèse cannabinoïde ne répond souvent pas bien à ce type d’antiémétiques.

Ces médicaments peuvent encore jouer un rôle d’appoint pour les patients réfractaires à d’autres traitements, mais étant donné les preuves disponibles à l’appui d’autres agents, ils ne peuvent plus être recommandés comme premier traitement. Les inconvénients d’utiliser un premier traitement avec des antiémétiques traditionnels incluent un délai pour un traitement efficace et une durée d’hospitalisation prolongée.

Halopéridol

Une étude a montré que l’halopéridol (un médicament antipsychotique) est deux fois plus efficace que l’ondansétron (médicaments anti-vomissements) pour réduire les nausées et les douleurs abdominales. L’halopéridol a également réduit l’utilisation de médicaments de premiers soins et le temps écoulé entre l’administration du médicament et la sortie de la salle d’urgence.

Olanzapine

Il existe peu de preuves à l’appui de l’efficacité de l’olanzapine (il s’agit d’un médicament antipsychotique efficace) dans le traitement spécifique du syndrome d’hyperémèse cannabinoïde. Cependant, l’olanzapine a des preuves solides à l’appui de ses propriétés antiémétiques dans la littérature sur le cancer. Contrairement à l’halopéridol, l’olanzapine n’a pas des taux beaucoup plus faibles d’effets secondaires extrapyramidaux. Par conséquent, l’olanzapine peut remplacer raisonnablement l’halopéridol en cas d’allergie documentée à l’halopéridol ou d’effets extrapyramidaux antérieurs avec l’halopéridol.

Capsaïcine

Bien que la capsaïcine (c’est l’ingrédient actif des piments) soit souvent considérée comme un traitement, les preuves à l’appui de son utilisation sont limitées à un petit nombre de cas. Dans l’ensemble, les preuves à l’appui de la capsaïcine sont limitées, son utilisation doit donc être une décision partagée avec le patient.

Benzodiazépines

Le lorazépam (utilisé pour le traitement de l’anxiété) n’a fait l’objet d’aucune étude évaluant son utilité. Malgré le manque de preuves, l’expérience clinique a conduit à recommander le lorazépam comme traitement d’appoint dans les récentes lignes directrices sur le syndrome des vomissements cycliques chez les patients présentant une composante anxieuse. Étant donné que 40 à 50 % des patients atteints du syndrome des vomissements cycliques traditionnels étaient des consommateurs chroniques de cannabis, il est raisonnable de supposer son utilité.

Que faut-il considérer lors de la sortie du patient sous traitement?

Comme d’autres maladies épisodiques chroniques (telles que les migraines), la gestion à long terme du syndrome d’hyperémèse cannabinoïde peut être conceptualisée en trois composantes : évitement des déclencheurs, gestion des épisodes aigus et prévention des épisodes (prophylaxie).

Le seul remède est l’arrêt prolongé du cannabis. Il est important de souligner qu’il peut s’écouler plusieurs mois pendant lesquels le cannabis ne doit pas être consommé avant que les symptômes ne s’améliorent et reconnaître que les défis liés à l’arrêt de la consommation de cannabis sont souvent sous-estimés.

Garder les médicaments appropriés à la maison pour arrêter les épisodes aigus peut être une option sûre pour réduire les visites récurrentes aux urgences chez certains patients.

Nos produits ne sont pas destinés à diagnostiquer, traiter, guérir, ou prévenir toute maladie. Vous ne devez pas compter sur les informations sur ce site comme une alternative aux conseils médicaux de votre médecin ou autre professionnel de la santé, les informations sur ce site Web ne sont pas des conseils, et ne doivent pas être traités comme tels. Les produits Lamacoppa Leaf Sciences sont des produits cosmétiques dans la formulation desquels seuls des ingrédients cosmétiques conformes à la législation en vigueur sont utilisés. En ce qui concerne en particulier le CBD, il est précisé qu’il a été extrait uniquement à partir de parties non interdites de la plante de cannabis sativa L. Dans tous les cas, tous les produits Lamacoppa Leaf Sciences ne sont pas médicinaux et n’affectent pas de manière significative les processus biochimiques humains.

0
    Mon Panier
    Votre panier est videRetour à la boutique

      Congratulations!
      You have Free shipping discount now!